Brand Content

Nowness.com se lance dans le contenu vidéo « shoppable »

  • Raphaël Malka
  • mars 12, 2014

La shoppable video aussi appelé « click to buy video » dans le secteur de la mode et du luxe a le vent en poupe ! Gucci a été l’une des première maisons à en faire usage fin 2011. Ont suivi Alfred Dunhill, Kate Spade et Louis Vuitton pour ne citer qu’eux. Les « shoppables vidéos » de la marque au monogramme avaient d’ailleurs fait l’objet d’un  article ici même sur MDLG.

Le problème commun à toutes ces vidéos ?  L’expérience utilisateur. Si vous avez l’audace ou plutôt la maladresse d’oser cliquer sur le produit que vous désirez acheter, la vidéo se coupe instantanément et vous atterrissez directement sur le site e-commerce vendant le produit en question. Bad UX.

Nowness.com, un magazine luxe digital ambitieux

25 février 2010 : lancement officiel de nowness.com, une plateforme éditoriale « indépendante » (nous reviendrons sur cette notion plus tard) à l’initiative du groupe LVMH. Ce magazine en ligne se présente comme le défenseur d’un certain savoir-vivre conçu pour explorer digitalement la culture haut de gamme; de l’art et du design en passant par la gastronomie et les voyages. Il s’agit donc ni plus ni moins d’un dispositif de branded content qui n’est autre qu’un contenu éditorial « parrainé » par une marque (ou un groupe). Lors de sa création, la plateforme se revendiquait comme indépendante et informative, il n’était pas anodin de voir des articles sur Chanel ou d’autres marques n’appartenant pas au groupe LVMH.

Aujourd’hui, avec l’arrivée des shoppables vidéos, tout est remis en cause. Site éditorial ou boutique en ligne ? Il semblerait que nous ayons affaire à un site hybride …
Du contenu au e-commerce, du e-commerce au contenu, tant qu’il y a une cohérence entre les deux, cela semble fonctionner à merveille, voyez le succès de Net-A-Porter …

Nowness.com ou l’art de l’agréable shoppable vidéo

La tendance de la shoppable video correspond à un besoin grandissant des internautes de gratification instantanée. Je visionne une vidéo, je vois un produit qui me plait, je le veux tout de suite sans attendre. Celle-ci répond également à la volonté des internautes d’interagir avec leur marque préférée.

video nowness

Ici, il s’agit d’un court métrage de 2 min 40 s’intitulant « Mine all mine » et réalisé par  Remi Weekes et Luke White. La vidéo met en scène cinq danseurs du théâtre londonien Sadler’s Wells se chipant à tour de rôle (et via un système de pass proche de la science fiction) des vêtements de grandes marques : Louis Vuitton, Kenzo, La Perla, Bottega Veneta, Rick Owens, Haider Ackermann et la Maison Martin Margiela.

L’internaute a la possibilité de cliquer sur le vêtement qu’il veut prochainement avoir dans sa garde robe afin de le sauvegarder et de procéder à l’achat quelques minutes plus tard. Ce que l’on reprochait dans notre article consacré à la mini-trilogie digitale Louis Vuitton à a été corrigé ici pour une expérience utilisateur fluide et sans rupture !

Pour vivre une expérience luxe digitale, cliquez ICI 

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

ARTICLES SIMILAIRES

MDLG est le média spécialisé
dans le décryptage de
l’univers du luxe et du digital.

Newsletter

Découvrez l'univers du luxe sous
toutes ses coutures digitales.

Devenir rédacteur myjob@mdlg.com