Luxury Talks

L’interview Luxe & Digital de Thomas Barret, CEO de THE MORNING COMPANY

  • Stéphanie Mezin
  • mars 17, 2016

S’il y a 7 questions dans cette interview, ce n’est pas le fruit du hasard. Le chiffre 7 est celui de la connaissance, de la curiosité, de la quête de vérité, de la prise de recul, de l’ouverture d’esprit ; des valeurs chères aux yeux de MDLG.

Aujourd’hui nous accueillons…(roulement de tambours….) Thomas Barret, fondateur de The Morning Company!

The Morning Company, c’est d’abord un constat : le matin, c’est pas rigolo. 3 français sur 4 pensent d’ailleurs que ce n’est pas le meilleur moment de la journée. 

L’objectif de The Morning Company est donc de ré-enchanter ce moment de la journée, de ré-injecter de la magie et de l’élégance au saut du lit!

Pour cela, The Morning Company a lancé une gamme d’accessoires haut-de-gamme crées artisanalement à la main, en France exclusivement.

the morning company 1

Réenchantons le matin!

L’INTERVIEW

 

  • Parlez-nous de The Morning Company. L’origine du nom, le développement du projet, le pourquoi …

L’origine est simple: un constat. La matin est à la base une période de « friction », plutôt homogène et standardisée (comparativement à celle du soir). Nous reproduisons les mêmes gestes, inlassablement, ce qui peut paraître légèrement ennuyeux. Nous sommes dans la « routine » donc potentiellement une douleur plus qu’un plaisir. Sur le fond, je me suis rendu compte que c’était des moments de la journée où les produits n’avaient pas forcément été travaillés d’un point de vue design et esthétique. Il fallait alors secouer un peu cette routine en créant de jolis objets…The Morning Company est née! 

Au niveau du développement du projet, cela c’est enchaîné assez rapidement. J’ai mis un mois pour trouver LE designer et deux mois et demi pour trouver le fabricant! 

J’ai également une volonté, être transparent dans ma démarche. C’est d’ailleurs pour cela que j’ai lancé un blog The Morning Challenge qui raconte, fidèlement, mon histoire d’entrepreneur (les hauts et les bas!!). 

the morning 2

Le rasoir Artaban en bois d’ébène de The Morning Company

  • Quelle est votre définition du digital dans le secteur du luxe?

Selon moi, le luxe tire le digital vers le haut!  Le luxe n’autorise l’utilisation que d’un pourcentage restreint du digital mais c’est la partie la plus challengeante, la plus créative! C’est extrêmement stimulant. Ce couple fonctionne mais…C’est un challenge! 

  • Est-ce que l’explosion du digital a changé votre vision de la création dans le monde du luxe ? Si oui, de quelle façon ?

Oui & non. Car fondamentalement les objets The Morning Company sont fabriqués de façon artisanale à la main, suivant un process dit « traditionnel » mais en même temps, nous créons également des pièces en impression 3D afin de vérifier l’ergonomie des produits, les tester tout simplement! C’est alors une autre temporalité que celle de l’artisanat, saine pour le business, une alliée complémentaire! En même temps, le travail de la main te rappelle aussi que tout n’est pas disponible instantanément et, je pense, que cela nous fait relativiser!

Pour la petite anecdote, l’un de mes fournisseurs n’a pas internet! Je dois ainsi rédiger les courriers à la main et le joindre entre 12h et 13h, un sacré challenge!  Mais tout le monde ne fonctionne pas dans l’immédiateté.

the monring 4

Les Pochois à Toasts Kandinsky de The Morning Company

Question Bonus: Seriez-vous intéressé pour développer des objets connectés du matin ?

Ce n’est pas la priorité, c’est un lourd développement. Certains objets du matin connectés existant déjà et The Morning Company souhaite prendre le contre-pied : jouer la carte de la déconnexion. C’est un retour au naturel,aux fondamentaux, aux jolis matériaux, au calme. De plus, c’est assez compliqué de créer des objets connectés en France…  

  • Que recherchez-vous sur les réseaux sociaux ? De la visibilité ? De l’interaction ?

Au début, je cherchais des ventes. Maintenant, j’ai compris que ça ne fonctionnait pas comme ça. Je cherche alors de la notoriété, de l’interaction et une certaine présence à l’esprit. J’aimerais que les gens ne m’oublient pas en créant un lien fort avec ma communauté (à la manière de My Little Paris qui a su instaurer des rendez-vous hebdomadaires avec ses fans).

Thomas Barret

Thomas Barret, fondateur de The Morning Company

Question Bonus Bis (on est trop curieux!) Et les ventes d’ou viennent-elles ?

Plutôt des RP ! Mais également des divers salons auxquels j’ai pu me rendre (comme le Noel de la French Tech ou le Salon du Made in France) puis aussi du blog. 

  • Luxe & e-commerce, quelle est votre vision de ce couple pour le moins surprenant ?

QU’on peut vivre en étant une marque de luxe 100% e-commerce. Il n’y a plus de freins. Bon mariage. Challenge : récréer une expérience unique sur des bases différentes. Pop store à envisager. Complémentarité entre les briques et les pixels.

  • Quelle est votre journée Type ?

Par essence, ce n’est pas évident! Elle commence par un petit café au Numa! Pas mal non? Ensuite, j’enchaîne avec quelques allés retours avec les fabricants sur de la « prod » en cours et avec le designer sur les nouveaux projets. Puis je m’attaque à la production de contenu pour alimenter le blog et les réseaux sociaux.  Après, je m’accorde entre 30 minutes et 1h de lecture sur le business et le développement personnel. Moins glam, je finis par la gestion des commandes et les divers envois.

  • Quelle est Votre Digital Priority pour 2016 ? !

Devenir la référence dans l’univers du matin. 

  • Info Bonus Toute Chaude: Pas du tout digital mais un livre va bientôt sortir en Mai ! Il parlera de l’histoire de la création de The Morning Company et des coulisses. 

 

LE PORTRAIT CHINOIS

  • Si vous étiez un outil digital qui augmente le sentiment de Luxe ?

Un email de remerciement.

  • Si vous étiez le comble du Luxe ?

Une Rolex de 1945. Un luxe intemporel qui perdure. 

  • Si vous étiez une nouvelle marque de Luxe, quel produit ou service seriez-vous ?

The Morning Company.

  • Vos 3 marques préférées ?

Hermès

Michel & Augustin

Jack Spade

  • Quelle question poseriez-vous à l’invité suivant ?

Comment feriez- vous demain s’il n’y avait plus Internet ?

  • Question de l’invité précédent: Craignez-vous la technologie ?

Votre Réponse :

Non, depuis que j’ai constaté que je pouvais envoyer des emails et que ça me gagnait un temps considérable!

Merci Thomas, on est fan !!

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

ARTICLES SIMILAIRES

MDLG est le média spécialisé
dans le décryptage de
l’univers du luxe et du digital.

Newsletter

Découvrez l'univers du luxe sous
toutes ses coutures digitales.

Devenir rédacteur myjob@mdlg.com