Brand Content

La maison Fendi lance sa e-boutique. Echec ou réussite ?

  • Raphaël Malka
  • mars 12, 2015

Après Burberry, Cartier, Louis Vuitton et d’autres, c’est au tour de la maison Fendi de se lancer sur le e-commerce. 
La nouvelle a été annoncée sur Facebook, Twitter et Instagram avec à chaque fois un contenu adapté aux plateformes. MDLG apprécie.

Homepage Fendi

Premières impressions

Nouveau site pour une nouvelle vie. Fendi.com a entièrement revu son ergonomie. Un menu fixe vertical à gauche pour une navigation optimale, de grandes, belles images, des vidéos pour un rendu extrêmement moderne, une mécanique de scroll pour limiter le nombre de clics et s’adapter aux usages mobiles.
Les interactions sont très réussies notamment celle du menu hamburger. 5 traits horizontaux se transforment pour devenir les 5 lettres de Fendi. A expérimenter immédiatement ICI

Dès notre arrivée sur la homepage, une vidéo retransmet le dernier défilé Fendi avec notamment Cara Delevingne. Nous sommes tout de suite plongés dans le monde de la marque et pour en savoir plus, une flèche nous invite à scroller.
Fendi n’y va pas par 4 chemins. Nous atterrissons sur une section mettant en avant les produits de la collection Printemps-Ete 2015 avec des Call To Action pour le moins explicites: « ACHETER ». Trop frontal ? Luxe ? Pas luxe ? Ce qui est sur, c’est que la marque assume. Rappelez-vous la baseline de la homepage: « Nouvelle boutique en ligne ». Et que fait-on logiquement sur un e-shop ? On achète.

Analyse design et contenu

En naviguant sur l’ensemble des pages du site, MDLG s’est rendu compte qu’il s’agissait d’une juxtaposition d’images et de vidéos. C’est la grande mode en ce moment sur les sites des maisons de luxe car c’est tout simplement ce qui permet de transposer au mieux l’ADN de la marque sur le digital.

Fendi.com est divisé en deux parties. L’une est consacrée aux produits, l’autre à l’univers de la marque.
Cette dernière se matérialise dans la section joliment intitulée « La Magie de Fendi ». Rien à dire en termes esthétique. Cependant, en terme de lisibilité, ce n’est pas toujours la panacée. Voyez plutôt.

Capture d’écran 2015-03-11 à 12.25.32

ou encore:

Capture d’écran 2015-03-11 à 14.03.31

Le luxe est dans les détails … Fendi semblerait l’avoir ponctuellement oublié… Néanmoins, nous sommes certains que les rectifications seront faîtes rapidement.

Au niveau de la partie purement e-commerce, MDLG la trouve plutôt réussie. Le travail sur l’image des produits est poussé. L’internaute a la possibilité de voir le sac, isolé, ou bien porté, ce qui facilite la projection.

Fendi ecommerce

Ce mécanisme audacieux produit isolé/porté s’applique à l’ensemble des collections: Sacs, écharpes, ceintures, joaillerie, chaussures.

En ce qui concerne les looks du défilé Printemps/Ete 2015, ils sont également ‘shoppable’ et il est possible de les faire défiler via un système de drag (défilement), intéressant pour un usage tablette.
Pour un achat digital ludique, des petits points cliquables sont présents sur les tenues afin d’inviter l’internaute à découvrir la pièce qui l’intéresse. A expérimenter en cliquant sur l’image ci-dessous.

Ecommerce Fendi

Des services premiums sont également à la disposition du client, le minimum syndical pour une grande maison: commande par téléphone avec conseils personnalisés, prise de rendez-vous en boutique ou bien retrait de l’achat en boutique après avoir pré-commandé sur la e-boutique.

Autre point important à souligner, le partage sur les réseaux sociaux est bien présent, Pinterest compris. (cc @Radmilovitch).

En définitive, c’est un Fendi.com qui répond aux exigences luxe digitales actuelles. De petites erreurs restent à gommer mais c’est globalement très positif pour ce redesign!

MDLG approved!

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

ARTICLES SIMILAIRES

MDLG est le média spécialisé
dans le décryptage de
l’univers du luxe et du digital.

Newsletter

Découvrez l'univers du luxe sous
toutes ses coutures digitales.

Devenir rédacteur myjob@mdlg.com