Brand Content

Dans les coulisses de la « Schiap » : décodage du site Making-of de Schiaparelli

  • Anais Mouton
  • novembre 4, 2014

« Réveiller de belles endormies »… une tendance que l’on constate ces dernières années. La « Schiap » n’en est pas oubliée. La célèbre maison de couture avait célébré sa réouverture en 2012 à l’Hôtel de Fontpertuis au 21 place Vendôme, là même où la créatrice Elsa Schiaperelli l’avait laissé en 1954. Conserver l’héritage,  l’assembler au fruit du travail présent, tout en apportant une rupture surnommée par certains une « vision ». C’est cette problématique constante du luxe que l’on scrute, détaille et analyse. C’est cet enjeu que la maison Schiaparelli doit relever.

 Et si le digital soutenait cette problématique ?

C’est ce que l’on pense dans l’équipe My Digital Luxury Galaxy, c’est ce que la maison Schiaparelli nous montre à travers la mise en place du site « Making of » de sa première collection haute couture Printemps/Eté 2014.

Objectif du site? Découvrir le reportage exclusif sur le premier défilé Schiaparelli Haute Couture depuis sa réouverture en 2012. Accéder aux coulisses de la création dans les ateliers parisiens et chez les artisans et en d’autres termes : rentrer au cœur de la création pour comprendre la collection.

La mise en page de ce site ressemble à un livre de scrapbooking ou plus exactement un livre d’archive de tissus, en référence à l’univers de la couture.  En adéquation avec le graphisme du site internet, les archives animées sur lesquelles on peut cliquer sont mises en relief. La navigation est donc facilitée.

 

 

Loader Schiaparelli 2014

  • Parmi les éléments à découvrir, nous avons  :
    Des photos légendées, ciblées sur des détails des créations, telle que la broderie crabe,  par exemple, réalisée par la Maison Lesage et inspirée par une création originale d’Elsa Schiaparelli de 1953.
  • Des impressions de tissus notoires qui s’animent tels que « Les Garçons du Jardin ». L’animation permet d’illustrer la mise en abime du tissu.
  • Des vidéos qui nous plongent dans les ateliers de confection et nous illustrent la création de détails de la collection.

Parmi les vidéos à explorer, nous retrouvons évidemment celle du défilé de la collection haute couture Printemps/Eté 2014, point d’orgue de ce site « Making of ». Cette vidéo est mise en avant. Elle est située en premier plan, par rapport aux autres animations proposées et est localisée au-dessus du titre du site. Le film proposé est interactif.

 

HomePage La Schiap 2014

Décryptage de la vidéo « le défilé interactif » : Une frise nous offre la possibilité de voir l’ordre du défilé et de cliquer sur le modèle de notre choix. Ainsi, cette vidéo complète la vidéo présente sur le site internet officiel.
Sur certains d’entre eux, les détails de la création sont cliquables. Cette fonctionnalité n’obstrue pas la visibilité du modèle. En cliquant, une nouvelle vidéo se lance et nous plonge dans les ateliers de confection. Une fois le film de présentation terminé, nous pouvons facilement retourner voir le show. Mention spéciale donc pour la fluidité de navigation et la cohérence de l’ensemble.

Grâce à ce site « Making-Of », l’essence de la maison Schiaparelli nous est révélée. Le fruit de la création nous est présenté et les richesses de ce défilé nous sont décryptées. Le digital permet donc une fois de plus de proposer une expérience immersive qui répond à la problématique inhérente du luxe et diffuse de manière ludique et éducative l’image de marque. Une sublime opération à voir d’urgence!

défilé schiaparelli automne 2014-2105

 

Entrer dans les coulisses de la « Schiap » en cliquant ICI !

3 réponses à “Dans les coulisses de la « Schiap » : décodage du site Making-of de Schiaparelli”

  1. Lionel Millet dit :

    Bonsoir,
    Alors peut-être que s’applique ici le mot de Wittgenstein : ce dont on ne peut parler, il faut le taire 😉

  2. Lionel Millet dit :

    Bonjour,
    Côté expérience utilisateur, je regrette de ne pas partager le même enthousiasme que vous : ça ne va pas du tout. Nous sommes malheureusement dans une sorte de performance digitale sans grand intérêt. Les contenus, en fin de compte très pauvres, n’expliquent rien sur rien, et pire, lorsqu’un sublime objet attire le regard, il est non seulement impossible d’être redirigé vers un section e-commerce pour tenter de se le procurer, mais il n’y a aucun moyen d’en savoir plus.
    Lorsque l’on parle d’un making-of, on suppose qu’on va dévoiler quelque chose de plus à l’internaute, répondre à un certain besoin des utilisateurs du site. Ici, je ne vois pas grand chose, alors même que la piste semblait bonne : se servir du digital pour réveiller une marque endormie. Très décevant.

    • Anais Mouton Anais Mouton dit :

      Bonjour,
      Merci pour votre commentaire.
      Ce mini-site a pour objectif de compléter l’imaginaire associé à la marque. En conséquence, les vidéos dévoilent les dessous d’une partie de la création. Le mystère de cette dernière ne doit pas être dévoilé. Le rêve doit subsister.
      Anaïs ML

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

ARTICLES SIMILAIRES

MDLG est le média spécialisé
dans le décryptage de
l’univers du luxe et du digital.

Newsletter

Découvrez l'univers du luxe sous
toutes ses coutures digitales.

Devenir rédacteur myjob@mdlg.com